Jeune et aidant | AlloGaspard

On pense souvent que le rôle d’aidant est assumé par des adultes à partir de 50 ans environ. Mais sur 8,3 millions d’aidants en France en 2016, près de 500 000 auraient moins de 25 ans (source : https://informations.handicap.fr/art-jade-aidants-enfants-853-9839.php).

Ces jeunes viennent en aide, de manière régulière et fréquente, à un proche qui est malade, en situation de handicap ou de dépendance. Or, ce rôle peut avoir des conséquences non négligeables sur la situation financière, l’environnement scolaire, l’insertion professionnelle, les activités quotidiennes et les rapports avec la fratrie de ce jeune aidant.

Les impacts sur la vie quotidienne

Si, bien sûr, ces impacts peuvent être positifs – renforcement du lien avec le proche, sentiment de solidarité – le risque est grand de se trouver enfermé dans ce rôle. Comme pour les autres aidants, la santé peut alors devenir un point auquel il est nécessaire de porter attention. Des études ont en effet montré que ces jeunes peuvent souffrir d’un sentiment d’isolement, d’invisibilité et de harcèlement scolaire (Feylin Lewis, Who am I ? : An exploration of the identity development of young adult carers in the United Kingdom and the United States). Ils se dirigent également plus souvent vers des carrières liées à l’aide, au soin et au social, et choisissent un lieu d’étude à proximité du domicile du proche malade (Michèle Stokes, Carers in Hertfordshire).

Une reconnaissance spécifique

En France, l’accompagnement spécifique des jeunes aidants est en retard par rapport à d’autres pays. A citer cependant, le dispositif Jeunes AiDants Ensemble (JADE) qui propose à des jeunes (enfants et adolescents) en situation d’aidant des ateliers de cinéma-répit.

Dans d’autres pays, différents services ont pu être mis en place. L’État australien finance par exemple des services dédiés, et des bourses, aux jeunes aidants (source : https://www.myagedcare.gov.au/caring-someone/young-carers). En Suède, un chat a été mis en place sur le réseau social KIK pour répondre aux questions des jeunes aidants. Et en Belgique, l’association Jeunes & Aidants Proches (https://www.jeunesaidantsproches.be/pour-les-jeunes-aidants-proches) propose un soutien personnalisé. En France, la société évolue également sur ce sujet, notamment avec le récent droit au répit des aidants.

A qui parler ?

Si vous êtes jeune aidant, il est important de vous garder des moments pour souffler. N’hésitez pas à en parler avec des personnes de confiance. Dans votre ville, vous pouvez vous adresser à des Point Information Jeunesse ou des Missions locales (http://www.mission-locale.fr/) pour en discuter avec un professionnel qui saura vous accompagner. Chez Gaspard, nous pouvons enfin vous aider à trouver des solutions pour passer le relais si vous avez besoin de temps pour vous.