/ Administratif

Tout savoir sur le droit au répit des aidants | AlloGaspard

8,3 millions. C’est le nombre d’aidants familiaux, ou proches aidants, qu’on compte aujourd’hui en France. Pour un proche âgé ou handicapé, le soutien fourni par les aidants familiaux est parfois quotidien, souvent indispensable. Il en découle une charge importante pour les aidants, qu’elle soit temporelle, financière ou mentale. C’est dans ce contexte que la législation s’attache depuis plusieurs années à soulager les aidants pour leur permettre de se dégager du temps.

Dernière avancée en date : la loi d’adaptation de la société au vieillissement de décembre 2015, entrée en vigueur depuis le 1er mars 2016. Elle prévoit notamment une aide au répit pour les aidants.

Le droit au répit : qu’est-ce que c’est ?

Dans l’objectif de soulager les aidants, le droit au répit prévoit une aide financière pouvant se porter à 500€ par an.
500€ par an, à n’importe quelles fins ? Non ! Trois options peuvent ainsi être financées :

Le relai de l’aidant à domicile,
La prise en charge du sénior ou de la personne aidée par un accueil de jour ou de nuit,
L’hébergement temporaire en établissement.

Qui peut en bénéficier ?

Le droit au répit concerne les aidants qui répondent aux critères suivants :

La personne aidée est bénéficiaire de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) et atteint le plafond du plan d’aide prévu pour elle,
Le soutien de l’aidant est indispensable à la vie quotidienne de leur proche et ne peut être relayé par l’entourage.

Quelles sont les démarches à effectuer concrètement ?

Comme le sont les dossiers d’APA, la demande pour bénéficier du droit au répit est instruite par le Conseil Départemental. Le premier réflexe à adopter est donc de contacter son Conseil Départemental, qui vous redirigera au besoin vers un instructeur communal des questions liées à l’autonomie.

Comme dans le cas de l’élaboration du plan d’aide de l’APA, une expertise personnalisée permettra ensuite de dire si votre situation est compatible avec l’aide au répit.

En complément du droit au répit, il existe plusieurs congés spécialement prévus pour les aidants familiaux.